qu'est-ce qui nous arrive ?!?

une création de mathilde monnier et françois olislaeger avec des amateurs
création 23 et 24 juin à 22h . théâtre de l'agora . au festival montpellier danse 2013

 

Mathilde - danser après tout, une bande dessinée de François Olislaeger, vient de paraître aux éditions Denoël Graphic, en coédition avec le Centre national de la danse. à partir de certaines pièces, Mathilde Monnier et François Olislaeger racontent le monde d’avant les spectacles, les sources, les répétitions, les coulisses, les commentaires, le réel de la création.

------------------------------------

Depuis plusieurs années, Mathilde Monnier dessine et prépare ses chorégraphies sur des carnets de notes qui sont autant de dessins inachevés, de partitions personnelles qui lui servent à se projeter, à mémoriser et à écrire la danse. Elle imagine cette création à la manière d’un carnet de croquis grandeur nature qui intègre des notes de travail et des partitions à l’œuvre. Cette proximité de travail avec le dessin l’amène à imaginer cette pièce en co-signature avec le dessinateur François Olislaeger. La pièce parle du statut des amateurs sur le plateau et de leur légitimité à parler de l’art, de la scène. Mathilde Monnier s’est inspirée d’un texte de Julian Beck écrit en 1963, paru dans son livre La vie du théâtre qui commence ainsi : “pourquoi vas-tu au théâtre ? est-il important d’aller au théâtre ?” C’est un texte-manifeste sur la posture du spectateur face à l’artiste, mais aussi sur la responsabilité de l’artiste de ne pas s’approprier pour lui seul les questions et le discours de l’art. En effet, ce texte dit l’importance de la place du théâtre, du spectacle dans la vie des gens. Bien qu’amateurs, les participants ont une “mémoire de la danse” : ils racontent tous, à un moment de leur vie, une première rencontre importante avec la danse, avec le spectacle. Le spectacle sollicite cette mémoire pour redonner aux amateurs une parole, trace du passé et fait retour sur le présent. En utilisant le principe du carnet de croquis qui évolue en temps réel, le dessin de François Olislaeger accompagne les amateurs et crée une narration à partir des idées et des minifictions qui sont exposées. Parfois, les dessins précèderont l’action, parfois ils l’accompagneront, d’autres fois, ils magnifieront ce qui se passe sur scène par des clins d’œil à l’histoire et aux codes de la bande dessinée. Ceci afin de questionner la manière dont ces différentes pratiques artistiques se nourrissent, se répondent, s'entendent.


conception mathilde monnier et françois olislaeger
chorégraphie mathilde monnier
dessins françois olislaeger
scénographie annie tolleter
assistants artistiques thibaut kaiser, annie tolleter
assistante chorégraphe i-fang lin
travail de reprise enora rivière
réalisation sonore olivier renouf
lumière et direction technique thierry cabrera
avec la participation de 15/20 amateurs

avec le soutien de la fondation d'entreprise hermès dans le cadre de son programme new settings
coproduction festival montpellier danse 2013 . la ferme du buisson - scène nationale de marne-la-vallée . centre chorégraphique national de montpellier languedoc-roussillon

> biographie françois olislaeger